LOS! Le magazine de la guerre navale, aéronavale et sous-marine
En kiosque, le 3 mai
LOS! Le magazine de la guerre navale, aéronavale et sous-marine

Los! n°10 : Typ XXI

Disponible uniquement au format numérique tablettes et smartphones
Logo de Google Play Logo itunes

Au sommaire du n°10

Disponible uniquement au format numérique tablettes et smartphones
Logo de Google Play Logo itunes

TYP XXIU-Boot / Allemagne / 1939 - 1946

TYP XXI

Les secrets du dernier «Loup Gris»

L’origine de l’idée de « submersible » est impossible à dater. On se rappellera cependant qu’Alexandre le Grand (356 à 323 avant J.‑C.), observant la vie marine à l’abri d’une cloche immergée, l’aurait fait naître. On se souviendra aussi du français Denis Papin (1647-1712), découvreur des propriétés de la vapeur, dont la « Marmite » est l’ancêtre de la « Cocotte-Minute » et qui, en 1696, se déplace sous l’eau à bord d’un engin doté, déjà, d’un système de ballast et d’un « tube d’air ». L’hélice apparaît vers 1700, élargit l’horizon ainsi que le concept qui, comme souvent, évolue vers un usage de combat. On se rappellera alors du Turtle (tortue) de David Bushnell (1742-1824), utilisé sans succès en 1776 lors de la guerre d’Indépendance américaine. En 1801, David Fulton (1765-1815), un américain qui veut bouter l’Anglais hors de son Irlande d’origine, spécialiste de la propulsion vapeur, met au point le premier Nautilus, dont la charge est baptisée « torpille ». Au début de la guerre de Sécession américaine (1861-1865), le français Brutus Amédée de Villeroi construit l’Alligator de l’Union.

De feu, d'or et de sangArctique / Royaume-Unis - Allemagne / 1939-1946

De feu, d'or et de sang

Le dernier combat de l'Edinburgh

Lorsque l'Edinburgh sort des chantiers navals de Newcastle upon Tyne (nord‑est de l’Angleterre) en 1939, son équipage peut être fier de naviguer sur l’un des croiseurs les plus modernes de la Royal Navy. Le bâtiment appartient à la classe Town, conçue en fonction des contraintes imposées par le traité naval de Londres de 1930, texte signé en particulier par le Royaume‑Uni et le Japon. Cet accord « pour la restriction et la réduction de l’armement naval » impose entre autres à ses signataires de construire un nombre limité de croiseurs lourds (c’est-à-dire dont le calibre de l’artillerie principale peut aller de 155 mm à 203 mm). Londres ne peut en produire que quinze, tandis que Tokyo doit s’arrêter à douze. En parallèle, Anglais et Nippons mettent alors à l’étude des croiseurs dits légers, au calibre n’excédant pas 155 mm, dont le nombre n’est pas restreint, bien que leur tonnage global soit officiellement limité (192 200 t pour la Grande-Bretagne). Pour compenser la faiblesse de l’artillerie principale, la Royal Navy cherche à multiplier les tubes tout en trichant sur le tonnage réel de ses croiseurs. La première série de bâtiments de la classe Town (sous-classe Southampton) a ainsi un déplacement standard de 11 730 t, chiffre qui monte à 12 120 t pour la deuxième série (sous-classe Gloucester) et à 13 386 t pour la dernière ! La tête de cette troisième sous-classe est d’ailleurs l'Edinburgh,
qui est donc une version largement modifiée de la classe Town originelle : pour accueillir de nouvelles tourelles quadruples pour son artillerie principale, et ainsi monter à seize pièces de 152 mm au lieu de douze, son pont est allongé (187 m contre 180 m).

PedestalBataille / Royaume-Unis - Allemagne / 11 - 15 Août 1942

Opération "Pedestal"

Un convoi pour sauver Malte

Dans un entretien publié dans The Times of Malta le 17 juin 1942, le gouverneur de Malte, Lord Gort, explique à la population quel sort attend l’archipel : « Depuis quelque temps, nous devons faire face à des privations. Tous les efforts seront faits pour reconstituer nos stocks quand une occasion favorable se présentera. En attendant, nous devons vivre sur nos propres réserves, et chacun de nous doit faire tout son possible pour faire le meilleur usage des ressources qui nous restent. » Le lendemain, preuve s’il en est que la situation de l’île préoccupe les plus hautes instances britanniques, Churchill envoie un message d’encouragement à Gort : « C’est un grand soulagement pour moi de savoir que vous contrôlez totalement cette île forteresse si vitale. Vous pouvez être assuré que nous ferons tout notre possible pour vous aider. » Mais, à La Valette, la question qui brûle toutes les lèvres est « Quand ? »
Gort estime pouvoir économiser les stocks encore quelques semaines, mais l’île ne tiendra pas au‑delà de la première quinzaine de septembre. Les canons antiaériens seront alors totalement privés de munitions, et la population n’aura plus rien à manger. Or, à bien des égards, la situation sanitaire est déjà déplorable lorsque, le 20 juin, le Lt Governor Sir Edward Jackson annonce une réduction de la ration alimentaire quotidienne : la consommation moyenne par habitant est abaissée à 1 500 calories par jour, chiffre que le Ministry of Food à Londres reconnaît lui‑même comme insuffisant. Dans les faits, cela veut dire qu’une famille de cinq personnes recevra dorénavant chaque mois seulement 2 kg de sucre, 1300 ml d’huile,

Les cuirassés ronds de Popov Cuirassé / URSS / 1871 - 1903

Les cuirassés ronds de Popov

«Les pires navires de guerre»

En 1856, le traité de Paris met fin à la guerre de Crimée qui oppose l’empire russe à l’empire ottoman soutenu par l’Angleterre et par la France de Napoléon III. À l’issue de ce conflit, la flotte russe est anéantie. Le traité impose la neutralité de la mer Noire, que Saint-Pétersbourg considérait jusque‑là comme un « lac russe », et y interdit la navigation de bâtiments de guerre ainsi que la construction de fortifications côtières. C’est une humiliation sévère pour l’empire russe, qui se retrouve privé de sa flotte militaire en mer Noire, débouché stratégique pour le pays de par ses ports situés dans des eaux qui ne gèlent pas. À la fin des années 1860, alors que les relations avec la Turquie se détériorent rapidement, la Russie étudie la manière d’abroger les termes du traité de Paris pour se protéger. La vision stratégique russe est en effet défensive face à une flotte turque relativement puissante. En 1869, la décision est ainsi prise de construire une flotte cuirassée de défense côtière à faible tirant d’eau (au maximum 4 m) afin de protéger l’embouchure du fleuve Dniepr (profond au maximum de 4,72 m) et le port de Nikolaïev ; en octobre 1855, ce dernier avait déjà été l’objet d’une attaque dévastatrice, une escadre cuirassée franco-britannique réduisant en poussière les forts protégeant l’entrée du Dniepr. Tombant à pic, la guerre franco-prussienne de 1870 est alors l’occasion pour la Russie de dénoncer le traité de Paris et d’annoncer officiellement la restauration de sa flotte en mer Noire.

Pearl Harbor 2002Exercice Naval / États-Unis / 2002

Pearl Harbor 2002

Exercice de simulation majeur

À l’aube du nouveau millénaire, les Américains décidèrent d’organiser la simulation stratégique et tactique la plus précise et réaliste jamais exécutée. Pour ce gigantesque exercice, baptisé Millenium Challenge 2002 ou MC 2002, piloté par le commandement interarmées (Joint force command, JFCOM) de Suffolk, le Département de la Défense décida de mélanger des phases réelles et des phases simulées. Pour les manœuvres réelles, 13 500 hommes des différents services (armées) et agences (ministères) ont été mobilisés sur 17 sites de simulation et neuf zones de manœuvre dans le Nevada ou les îles de San Nicola et San Clemente, au large de la Californie. Pour les simulations en salle de commandement, le JFCOM a, entre autres, acquis des outils technologiques utilisés à Hollywood pour la réalisation du film Gladiator.

USS RecruitPropagande / États-Unis / 2002

USS Recruit

Le monde merveilleux de la Navy

Début 1917, les États-Unis ne sont pas en guerre mais se préparent à y entrer. Washington ne peut en effet rester indifférent à la guerre sous-marine sans restriction que les U‑Boote du Kaiser mènent en Atlantique. Le commerce du pays en dépend ! Or, l’Amérique est loin d’être prête au combat. Même la Navy, pourtant l’Arme la mieux préparée, manque de bras. La guerre en Europe ne préoccupe pas grand monde, et, à New York, les chiffres de recrutement sont particulièrement mauvais : sur les 2 000 attendus, seuls 900 ont signé une feuille d’engagement ! Pour le maire John Purroy Mitchel, c’est une question d’image : une propagande efficace saura ramener les statistiques au niveau espéré. Conscient que la population n’est pas réceptive aux formes classiques de recrutement, il met à disposition de la Marine des moyens considérables… et exotiques !

Les nouveaux VikingsActualité / Norvège

Les Nouveaux Vikings

La marine Norvégiènne se modernise

Les dernières années, la Norvège s’est lancée dans un vaste plan de renouvellement de sa flotte de surface. Les évolutions sont majeures et les matériels ultramodernes.
Oslo doit maintenant se pencher sur le remplacement de ses sous-marins, prévu pour 2020.

Le catapultageComment ça marche

Le catapultage

Plus lourd que l’air, un avion doit atteindre une vitesse suffisante pour avoir assez de portance afin de décoller. Sur terre, une longue piste d’envol permet à l’aéronef d’accélérer progressivement. Sur un porte-avions, la problématique est tout autre.

Corvette & FrégateLexique

Corvette & Frégate

Distinguer une corvette d’une frégate n’est pas toujours évident.
Dans le passé comme aujourd’hui, les méprises sont fréquentes. Éclaircissons quelque peu ces notions.

LOS! Un magazine du groupe Caraktère