LOS! Le magazine de la guerre navale, aéronavale et sous-marine
En kiosque, le 3 mai
LOS! Le magazine de la guerre navale, aéronavale et sous-marine

LOS! n°54 : La flotille Monsun - Les U-boote du bout du monde

> Commandez <

Disponible également au format numérique
tablettes et smartphones

Logo de Google Play Logo itunes

Au sommaire du n°54

(8 € frais de port compris)
Disponible également au format numérique tablettes et smartphones
Logo de Google Play Logo itunes

Sous-marins / 1943-1945

La flotille Monsun

Les U-boote du bout du monde

En portant la guerre sous-marine en océan Indien, Donitz espérait retrouver une zone d’opérations vierge d’avions et d’escorteurs ennemis, ce qui lui aurait permis d’y ravager le trafic allié en compagnie des submersibles italiens et japonais. C’était sans compter la réactivité des Britanniques et, surtout, les énormes difficultés logistiques qu’une telle entreprise impliquait. Pour faire face à ces défis, l’Allemagne devra engager ses meilleurs U-Boote à très long rayon d’action et ce en dépit de résultats mitigés et de pertes catastrophiques.

Débarquement / 1939-1945

LST

Landing Ship Tank ou Long Slow Target ?

En vue d’opérations amphibies d’envergure en Europe ou dans le Pacifique, les Alliés construisent une profusion de moyens navals de débarquement. Ils mettent au point nombre de navires et d’embarcations spécialisés, à vocation multiples et variées, dont les bien connus LST, essentiellement voués au transport des chars.

Bonnes feuilles / 1939-1945

Plan Z

Le Schlachtschiff H-39

Les éditions Caraktère viennent de publier un ouvrage consacré au Plan Z, ce fameux et monstrueux programme de construction navale conçu par la Marine allemande dans l'entre-deux-guerres. Parmi les différents projets de bâtiments de guerre, le Schlachtschiff H est un cuirassé si grand qu'il ferait passer le Bismarck pour un jouet. Voici un extrait qui traite justement du H-39.

Arctique / 1648-1970

De l'acier sous la glace

Les sous-marins à la conquête de l'Arctique

La région polaire comprend plusieurs mers qui s'articulent autour de l'océan Arctique, ainsi que de nombreux îles et archipels. L’Arctique n'est pas reconnu comme un continent mais comme une zone maritime « gelée » par le droit international. Durant la guerre Froide, la région fut étroitement surveillée par l'OTAN qui pensait que les frappes nucléaires soviétiques débuteraient par des tirs de missiles balistiques depuis des sous-marins patrouillant sous la banquise.

Kriegsmarine / 1929-1940

Le barrage du canal d’Otrante

Un limes sur la mer

Lorsque le 24 mai 1915 l'Italie déclare la guerre à l'Autriche-Hongrie, la mer Adriatique est un théâtre secondaire dans lequel la marine des Hasbourg se tient retranchée, évitant soigneusement tout affrontement décisif avec les flottes de l'Entente (italienne, britannique et française) qui la dominent largement. Mais à partir de 1916, les raids des U-Boot allemands et austro-hongrois, agissant de concert, deviennent de plus en plus menaçants pour le trafic naval en Méditerranée. Leurs bases se trouvent dans des ports adriatiques parfaitement abrités et, pour pouvoir y parvenir, ils doivent franchir le canal d'Otrante, détroit situé entre le sud de la péninsule italienne et les côtes gréco-albanaises. Pour les flottes de l'Entente, il est vital de les intercepter à cet endroit.

Suborama

Lettonie

A la suite de l’armistice de Compiègne, les partis démocratiques lettons proclament l’indépendance du pays le 18 novembre 1918. Or, moins d’un mois plus tard, les bolchéviques instaurent une République des Conseils socialiste de Lettonie dans les territoires qu’ils contrôlent. S’ensuit une guerre civile qui durera jusqu’à la signature du traité de Rīga, par lequel la Russie reconnait la république de Lettonie, le 11 août 1920. C’est au cours de ce conflit meurtrier, en août 1919, que les forces armées lettones crée une Division Navale, noyau de ce qui deviendra plus tard la Marine lettone.

LOS! Un magazine du groupe Caraktère