LOS! Le magazine de la guerre navale, aéronavale et sous-marine
En kiosque, le 3 mai
LOS! Le magazine de la guerre navale, aéronavale et sous-marine

LOS! n°63 : La Marine à voile sous la révolution et le consulat

> Commandez <

Disponible également au format numérique
tablettes et smartphones

Logo de Google Play Logo itunes

Au sommaire du n°63

(8 € frais de port compris)
Disponible également au format numérique tablettes et smartphones
Logo de Google Play Logo itunes

Dossier : La Marine à voile

sous la révolution et le consulat

 

La marine à voile connaît son apogée technique et militaire au XVIIIe siècle. Les flottes occidentales sillonnent alors les mers et les océans pour protéger les communications avec les colonies et les comptoirs commerciaux, pour attaquer les possessions ennemies, pour défendre les ports ou, au contraire, pour empêcher l'adversaire d'en sortir.

Pour remplir ces missions, les grandes marines ont fait construire des navires de tous types : corvettes, galiotes à bombes, frégates rapides mais peu armées, etc. Mais les bâtiments les plus puissants, ceux qui font l'orgueil des amirautés tout en grevant leurs budgets, sont les vaisseaux de ligne à deux ou trois ponts : les Océan et Redoutable, les Victory et Royal Sovereign, les Santissima Trinidad et Principe de Asturias. Ils emportent une artillerie puissante (de 74 à 136 canons) que servent plusieurs centaines de marins, et parfois même plus d'un millier !

De la guerre d'indépendance américaine aux guerres napoléoniennes en passant par celles de la Révolution française, les vaisseaux de ligne sont de toutes les grandes batailles navales, dont celles de la baie de Chesapeake (1781), des Saintes (1782), du 13 prairial an II (1794), d'Aboukir (1798), et bien entendu de Trafalgar (1805).

+ GRANDEURS & MISÈRES DES VAISSEAUX DE 1ER RANG
ET DE LEURS ÉQUIPAGES
+ L'ARTILLERIE NAVALE SOUS LA RÉVOLUTION ET LE CONSULAT
+ LE COMBAT DU 13 PRAIRIAL AN II
+ LA BATAILLE D’ABOUKIR


Suborama

DANEMARK

En pleine Première Guerre mondiale, le Danemark, neutre, décide de renforcer sa composante sous-marine en concevant trois exemplaires d’une nouvelle classe (classe C). Jusqu’à présent, le pays s’était contenté de construire des unités dont les plans avaient été conçus par des bureaux d’études étrangers. Maintenant, l’ami rauté cherche à gagner en compétence en développant elle-même un modèle spécifique à simple coque. Elle ne part cependant pas de rien puisqu’elle décide de dessiner une version locale et modifiée du sous-ma rin américain de la classe Holland (classe H ou type Holland 602). Les différences entre les deux semblent notables, le submersible danois étant apparemment plus long mais moins large et moins lourd...

LOS! Un magazine du groupe Caraktère